JUILLET 2021

animals-2614407_1920

Actualités : 

Alors que l’actualité de juillet était assez calme, une annonce du gouvernement marqua cette fin de mois. En effet, le 28 au soir, la décision fut prise de suspendre le projet de réforme d’EDF (et la réforme de l’ARENH par effet de chaîne) jusqu’à la présidentielle de 2022. Les négociations entamées il y a plus d’un an entre la commission européenne et le gouvernement français sont figées jusqu’à nouvel ordre.

L’information forte de ce mois de juillet est la hausse accrue des prix de l’électricité et du gaz sur les marchés. Le gouvernement commence à s’inquiéter de l’impact que cette hausse aura sur les petits consommateurs. Notamment à l’issue de l’évolution du TRV en février 2022. L’état se penche sur diverses solutions pour limiter l’impact de cette hausse, comme par exemple, un abaissement temporaire de la CSPE pour amortir le mouvement tarifaire.  

Petit rappel, le TURPE 6 est entré en vigueur le 1er août pour la période 2021-2024. Les nouvelles grilles vont entraîner une hausse des prix d’en moyenne 1.57% par an pour le réseau de transport d’électricité (RTE) et de 1.39% par an pour Enedis. Néanmoins, ces évolutions ne seront pas homogènes ! Elles affectent différemment les multiples options et types de clients. Actualités:

 

windmills-1048981_1920

Tendance marchés :

Début juillet, les prix se dirigeaient à la baisse, avec un gros décrochage de la part de l’électricité de plus de 4 euros/MWh pour le contrat 2022 (entre le 5 et le 8 juillet).    

La raison de ce mouvement est liée aux clôtures de positions par de nombreux acteurs spéculatifs sur les marchés du gaz et du carbone. Ces acteurs ont récupéré les profits générés durant le mois de juin. Cependant, cette baisse a été par nature transitoire.  Depuis une quinzaine de jours, les prix de l’électricité et du gaz repartent à la hausse.  

 Le prix de l’électricité reste très dépendant du prix du gaz. Les craintes sur la disponibilité nucléaire d’EDF n’ont pas disparu avec l’annonce lundi dernier d’une réduction de la production de la centrale de Chooz de 1,5 GW durant un an.

Le marché gazier reste sur une tendance avec des niveaux de stockages extrêmement bas pour la saison. Les flux d’import n’ont pas augmenté et la Russie maintient la pression sur l’Europe afin d’accélérer le démarrage de Nord Stream II. Seul le démarrage de ce pipeline combiné à un hiver 2021-2022 doux pourrait nous faire revenir à des prix plus bas. 

Quelques articles pour aller plus loin